Obéissance amoureuse

Tout ce bruit, du moteur au clavier

Toute ces voies, ces chemins et sentiers

Et cette lumière aussi, adoucie par fatigue

Et cet espoir lascif de la tendresse connue

L’ordinateur est connu, les lettres sont connues, les paramètres sont connus et l’élan aussi est connu

Je les cite, haut et fort, sans pudeur. Ils sont un bouclier que l’on tait.

Ils ont une renommée, une vie de labeur !

Je les fait vivre, c’est entendu. Ils me font mièvre et pourtant sans vécu.

C’est l’obéissance amoureuse, le choix, la volonté. Dès que mes mains font, le futur n’est plus mon oeuvre: faîtes vos jeux, rien ne va plus !

Alors tout recommence, et le bruit, et le chemin, et la lumière et l’ordinateur.

Consommons notre obéissance amoureuse, qu’elle soit souple et seyante !

Demain, mon coeur dort Messieurs-Dames !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s